Danse
« Quand on danse ensemble, je regarde tes pieds, je regarde tes yeux. Tu n’es qu’une toute petite chose. Je regarde ce petit corps et je me rends compte que j’ai le même que le tien. Je ne sais pas pourquoi je pleure de te regarder, je sais juste que je ressens quelque chose d’important. C’est important pour moi de te regarder. Après toutes ces années où je n’en avais pas le courage. »

— Kaori Ito

Dans ce portrait intimiste Kaori Ito explore ses racines, au travers d’une rencontre artistique et humaine avec son père Hiroshi Ito. Pour mettre en scène ces retrouvailles, elle invente un langage étrange, qui leur ressemble, à l’intersection des mots et de la danse. Par des questions brutes, incisives, profondes ou futiles, elle brise la glace et joue avec les silences de ce père, chargé de secrets. Fille et chorégraphe à la fois, elle le regarde évoluer sur scène – léger, appliqué et heureux, comme un enfant. Puis elle coupe court aux mots, s’abandonne à l’espace, pour tenter à son tour d’exprimer par le corps ce qui ne peut se dire. Faire bouger l’espace par sa danse comme le lui enseignait son père. Et, peut-être, danser ensemble, pour reconstruire dans l’art, ces liens de sang – invisibles et fascinants.

 

 

 

Réservation

Distribution

Avec Kaori Ito et Hiroshi Ito

Texte, mise en scène et chorégraphie Kaori Ito

Collaboration à la chorégraphie Gabriel Wong

Dramaturgie et soutien à l’écriture Julien Mages

Scénographie Hiroshi Ito

Lumière Arno Veyrat

Musique Joan Cambon

Design sonore Adrien Maury

Conception des masques et regard extérieur Erhard Stiefel

Costumes Duc Siegenthaler (Haute École d’Art et de Design de Genève)

Coaching acteurs Jean-Yves Ruf

Coaching vocal Alexis Gfeller

Production et diffusion Améla Alihodzic (Playtime)
Administration de tournée Laura Terrieux

Production Compagnie Himé

Coproductions et accueils en résidence Le Théâtre Garonne scène européenne – Toulouse, Le Théâtre de Saint-Quentin-en-Yvelines – Scène nationale, Les Théâtres de la Ville de Luxembourg, La Ménagerie de verre – Paris, l’ADC de Genève, Le Lieu Unique – Nantes, Le Klap Maison pour la danse – Marseille, L’Avant-Scène – Scène conventionnée de Cognac, Le Channel – scène nationale de Calais et La Filature – Scène nationale de Mulhouse, Fondation Sasakawa

Soutiens Ville de Genève, Arcadi Île-de-France, SSA – société suisse des auteurs, Pro Helvetia, Loterie Romande et Fondation Ernst Gohner. La compagnie  Himé reçoit le soutien de la Fondation BNP Paribas pour l’ensemble de ses projets. La compagnie est soutenue par le Ministère de la culture – DRAC Ile de France, par la Région Ile-de-France et le Département du Val-de-Marne. Kaori Ito est artiste associée à la Mac de Créteil et au Centquatre à Paris et en compagnonnage artistique avec KLAP Maison pour la danse

 

Biographie

Imprégnée de culture japonaise et formée à la danse occidentale, Kaori Ito a développé un vocabulaire hybride et singulier qui lui ressemble. A la croisée des cultures et des langues, elle s’intéresse aux non-dits et à l’invisible.

 

Proche de la danse théâtre, elle part de son vécu et de celui des interprètes pour faire surgir une nécessité intime d’être sur scène. Se fiant à l’intelligence corporelle, elle recherche l’immédiateté et l’instinct comme moteur du passage à l’acte. A partir de thématiques essentielles comme les tabous, la fin du monde, la mort, l’amour, la solitude, elle fait émerger des textes bruts et spontanés. De ces mots crus et vifs jaillit le mouvement nécessaire, fulgurant et sauvage qu’elle recherche. Elle travaille un corps qui fait le vide pour accueillir l’émotion du spectateur. Elle accède ainsi à un vocabulaire textuel et chorégraphique qui part de l’intérieur et qui nous interroge sur notre animalité et notre humanité.

 

Hiroshi Ito vit et travaille en tant que sculpteur à Tokyo au Japon. Il débute sa carrière par le théâtre, la mise en scène et la scénographie. Cette création est l’occasion pour lui de remonter sur une scène quittée il y a 50 ans.

 

Diplômé d’un master des Beaux-Arts et de Musique option sculpture en 1974, il réalise des installations composées de terre, bois ou pigments qui s’inscrivent dans les sillons du Land Art et prennent place principalement en milieu urbain ou naturel. Il « design » à Tokyo les placards de rue du quartier de Ginza, conçoit des installations pour Tokyo Disneyland et la société de bières EBISU, crée les statues du zoo et des trophées pour les Music Awards japonais. En 1997, Il est invité en résidence de deux mois par le LAPIN TAIDETOIMIKUNTA ART COUNCIL OF LAPLAND en Finlande. En 2013, il est invité par le CAAA, Centro para os Assuntos da arte e arquitectura pour une résidence d’un mois et une exposition à Guimaraes au Portugal.