Théâtre
« La mise en scène de Clément Hervieu-Léger est sobre, centrée sur le rythme et les interactions entre les personnages, fait passer ces deux heures un quart comme une virgule gaie dans une soirée. » — Le Temps

La scène se passe chez Zamaria, tisserand vénitien, le dernier soir du carnaval. Les invités arrivent les uns après et les autres. Parmi eux, le jeune dessinateur Anzoletto qui doit prochainement quitter Venise pour Moscou où il est invité par des artisans italiens. Rien de spectaculaire donc…

 

Une simple soirée entre amis au cours de laquelle il est question d’un départ. Et puis question d’amour aussi. On joue aux cartes, on dîne, on danse. Faut-il partir ? Faut-il rester ? On parle de Moscou. Et soudain le théâtre de Goldoni semble annoncer celui de Tchekhov : « Un théâtre de la socialité » pour reprendre les mots de Bernard Dort.

L’air de rien, Une des dernières soirées de Carnaval s’avère un des spectacles les plus réjouissants de l’automne. Clément Hervieu-Léger fait de cette « soirée de carnaval » une véritable ode au théâtre […] Tout est finesse, précision, humour dans la gestuelle et le phrasé des quinze comédiens.
Les Echos

 

On se régale (…) Et ce d’autant plus que Clément Hervieu-Léger a réuni une excellente distribution […] tous les comédiens jouent ensemble, une qualité rare au théâtre.
Le Monde

 

L’excellent et sensible Clément Hervieu-Léger signe un spectacle accompli. Une perfection dans la distribution, la direction d’acteurs, les mouvements, la vision. Sans doute le meilleur des spectacles dont on puisse rêver.
Le Journal d’Armelle Héliot

 

L’interprétation offre ce mélange de candeur, de finesse, de vivacité et d’intelligence qu’on attend d’une pièce de Goldoni. Elle offre l’esprit de troupe, aussi.
Le Figaro

 

Cette joie ourlée de mélancolie, ce jeu avec le falbala du destin, cette fièvre d’amour à l’heure des adieux sont la matière même du merveilleux spectacle de Clément Hervieu-Léger […]. Sa vision d’Une des dernières soirées de Carnaval est celle d’un peintre voyant et aimant, attentif à la nuance d’une étoffe, à la vérité du geste, à l’aveu d’un visage, à l’aventure d’un corps.
Le Temps

Réservation

CHF 65.- / 60.- / 20.-

Durée 2h15

Dès 14 ans

Ajouter à mon calendrier
Achetez vos billets

Distribution

De Carlo Goldoni

Texte français de Myriam Tanant et Jean-Claude Penchenat (Actes Sud-Papiers)

Mise en scène Clément Hervieu-Léger

 

Avec

Aymeline Alix (Alba), Erwin Aros (Cosmo), Louis Berthélémy (Anzoletto), Clémence Boué (Marta), Jean-Noël Brouté (Lazaro), Adeline Chagneau (Polonia), Marie Druc (Madame Gatteau), M’hamed El Menjra (Baldissera), Stéphane Facco (Momolo), Lou Guyot (Elenetta), Juliette Léger (Domenica), Jeremy Lewin (Agustin), Clémence Prioux (Tognina), Guillaume Ravoire (Bastian), Daniel San Pedro (Zamaria)

 

Décors Aurélie Maestre

Costumes Caroline de Vivaise

Lumières Bertrand Couderc

Chorégraphies Bruno Bouché

Maquillages et coiffures David Carvalho Nunes

Réalisation sonore Jean-Luc Ristord

Conseil musical Erwin Aros

Collaboratrice artistique à la mise en scène Elsa Hamnane

 

 

Production Centre International de Créations Théâtrales / Théâtre des Bouffes du Nord

Coproduction Théâtre de Carouge / Suisse ; Compagnie des Petits Champs , Théâtre de Caen, La Coursive – Scène Nationale de La Rochelle, Scène Nationale d’Albi,  Espace Jean Legendre – Théâtre de Compiègne, Scène Nationale du Sud-Aquitain, Théâtre de Suresnes – Jean Vilar, Le Grand R, Scène nationale de La Roche-sur-Yon, Le Cercle des partenaires des Bouffes du Nord.

 

Soutien La Compagnie des Petits Champs est conventionnée par la DRAC Normandie – Ministère de la Culture et de la Communication et reçoit le soutien du Département de l’Eure et de la Région Normandie.

Avec le soutien de la Spedidam.

Avec la participation artistique du Jeune Théâtre National.